Les français s’inquiètent de l’instabilité de l’assurance-vie

Elle a toujours été le meilleur placement des français, l’assurance-vie est le produit phare que commercialise la majorité des prestataires. Cependant, des récents sondages ont affirmé que les épargnants français commencent à s’inquiéter à propos des avantages de ce placement et sa stabilité dans le futur.

Aucune augmentation tolérée

Si les compagnies d’assurance, comme Axa, prônent l’assurance-vie comme un produit très stable, les français commencent à en avoir des soupçons surtout en cette période électorale. En effet, un sondage réalisé par l’Ipsos pour le compte de la Fédération française de l’assurance (FFA) aurait montré que 92% des sondés sont contre l’instauration d’une hausse des taxes sur ce contrat.

Ce chiffre montre que les épargnants sont très sensibles à toute modification qui risque de changer les termes de leurs contrats d’assurance-vie. Le changement de la fiscalité a poussé les français à s’inquiéter plus également. En effet, l’avantage fiscal maximum de l’assurance-vie est devenu possible à partir de 10 ou 12 ans, au lieu de 8 ans. Ceci a laissé les deux-tiers des épargnants s’en détourner. 30% des épargnants préfèrent épargner moins ou rien du tout, alors que 36% d’entre eux ont choisi de retirer leur argent.

En France et toujours selon le sondage de l’Ipsos, notamment dans cette période électorale où les propositions de modifications des conditions de l’assurance-vie sont nombreuses, 77% des personnes sondées ont confirmés qu’elles étaient contre tout genre de réforme.

L’assurance-vie inspire la confiance des français

Pour les épargnants français, une relation durée-fiscalité a toujours existé quand on parle d’assurance-vie. 75% des assurés qualifient l’assurance-vie d’un produit intéressant puisqu’il est peu taxé sur le long terme et donc avantageux. Le président de la FFA, Bernard Spitz explique ainsi que « S’il n’y avait pas l’assurance-vie, on augmenterait la volatilité de l’épargne des Français ». Cette relation de confiance explique que toute rupture ou risque de modification des termes de ce contrat provoque des réactions immédiates de la part des français.

Dans un autre volet, il semble que la proposition d’apporter un avantage supplémentaire au-delà de 12 ans de détention d’un contrat d’assurance vie, intéresse les détenteurs de ces contrats. Le sondage affirme ainsi que 42% des épargnants ont tendance à convertir leur contrat au moins jusqu’à 12 ans, tandis que 24% d’entre eux épargnent davantage.